Le graphisme, c’est compliqué ?

Le graphisme c’est compliqué ? 
Comment s’y retrouver dans la Jungle des termes graphiques, et bien communiquer quand ce n’est pas votre métier ? 
Lors de la réalisation de votre projet on vous demande souvent des tas de caractéristiques à avoir dans vos fichiers : Logo vectoriel, couleurs en CMJN ou en Pantone, solide couché, polices vectorisées… Mais comment remplir tous ces critères lorsque l’on n’est pas graphiste ? 
Voici toutes les astuces pour ne pas tomber dans le panneau ! 

Et en ce qui concerne les techniques de marquage en elles-mêmes ? Faisons le point ! 

Qu’est-ce qu’un logo vectoriel ?
Un logo peut exister sous deux types de format : 
– Le format matriciel (jpg. gif., png, psd…)
– Le vectoriel aussi dit vectoriel (ai, eps, pdf)

Un logo vectoriel peut être agrandi à l’infini sans être dégradé, ni pixelisé et sans perte de qualité.
A l’inverse, plus une image matricielle sera agrandie, plus elle sera pixelisée et floue.

Il est important qu’un logo (polices comprises), soit vectoriel car il sera ainsi toujours en haute définition. Un logo non vectoriel sera de très mauvaise qualité si on l’agrandit, on y verra les pixels, il paraîtra flou.

Pensez à bien le mettre en CMJN, c’est capital !

Quelle est la différence entre CMJN et RVB ?
La couleur sur du papier et sur un écran n’est pas faite pareil :

  • La couleur sur du papier est réalisée à partir d’une superposition de 4 encres : le Cyan, le Magenta, le Jaune et le Noir. C’est ce qu’on appelle la Quadrichromie.
  • La couleur sur un écran est réalisée à partir d’une superposition de 3 lumières : une Rouge, une Verte et une Bleue
  • De ce fait, une couleur faite en CMJN vue sur une impression ne ressemblera pas du tout à la couleur du rendu à l’écran !


Que se passe t’il si votre logo n’est pas vectoriel ou que vous avez une ligne texte ? 
Un logo peut être composé d’une ligne de texte et d’un élément visuel. Si vous créez une zone de texte et que vous ne la vectorisez pas, c’est-à-dire que vous ne figez pas sa forme, vous risquez d’obtenir un résultat complètement différent de ce que vous attendez.

Ci-dessous un exemple : la police est un texte écrit sur un fond rond de couleur. Le logo doit être imprimé en texte blanc sur un fond noir. Comme la police n’est pas vectorisée, l’ordinateur utilise une police par défaut.
Il est impossible de passer le logo initial en blanc et noir puisque la police qui a servi à créer ce fichier correspond à une police existant seulement dans l’ordinateur de celui qui a créé le logo.

Pourquoi il ne faut pas nous envoyer de logo sur Word ou Powerpoint ? 
Ces logiciels ne sont pas faits pour faire des logos et ils ne permettent pas de vectoriser les réalisations. Vos logos créés sur ces logiciels seront donc de très mauvaise qualité. 
Powerpoint est un logiciel de présentation de documents, Word de rédaction. 

Pourquoi la couleur d’un logo imprimé dans l’objet pub’ doit être en Pantone solide couché (PMS)?
Le nuancier Pantone est un nuancier universel utilisé dans le domaine de la conception graphique et dans l’imprimerie. Il reprend plus de 999 couleurs codifiées, alors qu’en réalité, il existe plus de 16 millions de couleurs. Il vous permet de communiquer avec un prestataire, un fournisseur, une usine à propos d’une couleur, et surtout, toujours de la même couleur.
Les Pantone finissant par un C sont définis comme la base de référencement de la couleur par l’objet pub. Si vous voulez avoir un rendu fidèle à votre couleur, il vous en faut un !
Par exemple, historiquement, le rouge Coca Cola est le 485C.
Si vous voulez une couleur sans préciser le Pantone, c’est comme si en entrant chez le coiffeur vous vouliez une coupe de cheveux ou dans un magasin de vêtements un petit haut sympa ! Certes, mais il existe des dizaines ou centaines de possibilités ! So what ?

Qu’est-ce qu’un logo 1, 2, 3, 4 couleurs ou quadri ? 
On pourrait écrire des tas d’explications, passons en image, ce sera plus facile à décrire. N’oubliez pas que le blanc parfois est une couleur qui peut servir de soutien à votre logo. Demandez à votre expert de l’objet, lui sait, il a l’expertise et vous aiguillera. 

L’importance de remplir une fiche de brief spécifique !
« BRIEF : anglicisme. Présentation des informations nécessaires à la réalisation d’un travail, d’une opération. »
La qualité d’un projet dépend de la qualité de son brief. Plus il y a d’explications, plus le projet aboutira correctement et rapidement.

C’est simple : pas de bras, pas de chocolats ; pas de brief, pas de créa ; ni vite fait, ni rapide bingo ! 
Plus facile de demander à un conseiller «  Bonjour, je voudrais des chaussures de marche étanches pour faire un trekking, taille 38, couleur kaki » plutôt que de lui dire « je veux des chaussures dans lesquelles je n’ai pas mal aux pieds »
En résumé, faites bien attention à la vectorisation de vos visuels, polices et logos et aux couleurs que vous utilisez. Précisez tous vos détails et références à votre expert de l’objet. Il se chargera de transmettre vos informations à nos super graphistes ! 
Pour vous aider, nous vous avons inséré, juste en dessous, un exemple de brief détaillé idéal. N’hésitez pas à contacter votre conseiller pour plus de détails. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *